Appel à communications – sessions du RT 43 au congrès AFS 2021

Appel à communications – sessions du RT 43 au congrès AFS 2021

Approches croisées des changements religieux

La sociologie des religions française s’est structurée dans les années 1960 autour de concepts – la sécularisation, la pluralisation religieuse, l’individualisation des pratiques et croyances– qui accordent une place centrale à la notion de changement, en y associant des connotations positives (la « modernité » religieuse) ou négatives (le registre de la perte) et analysée à différents échelles (individuelle, organisationnelle etc.). Tout en tenant compte des apports de ces paradigmes, l’objectif du réseau thématique sera de s’éloigner des approches théoriques qui seraient spécifiques aux religieux en s’interrogeant sur le travail de sélection et de catégorisation à l’œuvre (comment définir ce qui est « religieux « ? Comment appréhender objectivement ou subjectivement le changement ?). Pour ce faire, ces sessions privilégieront des approches croisées, fondées sur des enquêtes empiriques, de manière à interroger l’articulation entre changements religieux et d’autres types de changements sociaux en associant sociologie des religions et sociologie politique, sociologie urbaine et des territoires, sociologie de la famille et du genre, des associations, du militantisme etc. Nous accorderons une attention particulière aux relations entre religions et territoires, et aux changements affectant aujourd’hui l’exercice du métier de sociologue lorsque celui-ci prend pour objet la religion.

Changements religieux, changements sociaux

En analysant les interactions entre changements religieux et changements sociaux il s’agira à la fois de rendre compte de l’inscription du religieux dans son environnement social et de mesurer l’autonomie relative de la variable religieuse dans des contextes donnés. Autrement dit, l’objectif est de réfléchir à des approches du changement religieux qui prennent en compte l’imbrication des rapports sociaux. Cette réflexion pourra prendre appui aussi bien sur des méthodes quantitatives, afin de mesurer les corrélations entre des affiliations religieuses et des pratiques sociales, que sur des méthodes qualitatives ancrées dans l’observation directe des imbrications du religieux et du social.

Religions et territoires en changement

En nous intéressant plus particulièrement aux approches croisant sociologie des religions et sociologie des territoires (urbains, périurbains, ruraux etc.), l’objectif est de questionner la dimension territoriale des pratiques et croyances religieuses catégorisées comme « nouvelles » (mobilité, circulation, multiappartenance) ou mettant en avant la mobilité géographique (pèlerinages). On pourra aussi analyser, dans cette perspective, les reconstitutions discursives, rituelles ou matérielles que le registre du changement religieux est susceptible de produire en référence à des territoires : patrimonialisation du religieux, nostalgie ou discours politico-religieux sur les « racines », réappropriations symboliques, préoccupations environnementales et sacralisation de la nature etc.

La transformation du métier de sociologue des religions

Enfin, il s’agira de s’interroger sur les transformations du métier de sociologue et les enjeux méthodiques, théoriques et épistémologiques que ces transformations soulèvent pour les sociologues spécialistes du religieux ou qui croisent le religieux sur leur terrain d’enquête. Dans un contexte marqué par la contractualisation de la recherche et par la place grandissante que les religions occupent dans l’espace public, politique et médiatique la thématique du changement religieux est-elle même l’objet de discours idéologiques et normatifs qui ont une incidence sur les conditions de l’enquête en terrain religieux. L’objectif ici est d’analyser collectivement, à partir d’expériences de terrain et d’une approche réflexive du champ académique, les principaux facteurs sociaux, politiques et scientifiques pesant aujourd’hui sur nos pratiques de recherche et les questions méthodologiques qu’ils soulèvent.

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communications, d’une demi-page à une page, doivent indiquer : nom et prénom du ou des auteur.e.s ; affiliation institutionnelle ; adresse email.

Les propositions sont à déposer sur le site de l’AFS selon les modalités communes à tous les réseaux thématiques, avant la date limite fixée au 31 janvier 2021. La décision sera communiquée aux auteur.e.s mi-mars 2021.

Aucun commentaire

Désolé, il est impossible de commenter.











Paiement en cours

S'il vous plaît ne pas actualiser la page ou utiliser le bouton retour