RT35

Congrès AFS 2019 - AAC Session commune RT30-RT35

 
Analyser les processus de mise au travail par-delà la trichotomie organisation publique, organisation privée à but lucratif, organisation privée à but non lucratif
 

Les catégories mobilisées pour penser le monde social sont chargées de présupposés et de certaines manières de problématiser. Les catégories « associations », « bénévolat » et « bénéficiaires » constituent sans doute de bons exemples de la manière dont les catégories agissent pour penser le monde social. Leur utilisation suppose pourtant une certaine acceptation des catégories « indigènes ». En effet, comment penser avec distance une catégorie qui suppose l’acte connoté positivement de « s’associer »? De même, comment objectiver un statut dont le nom renvoie au latin « vouloir le bien »? Pour sortir des écueils constitués par les catégories danalyse couramment mobilisées pour étudier le monde associatif nous proposons dans cette session organisée par le RT30 et le RT35 d’essayer de se défaire des présupposés dont les catégories sont porteuses et d’en revenir à ce que l’on observe : à savoir des organisations, des fonctions et des acteurs pour les réaliser. Les associations se trouvent marquées par une diversification des types de statuts de travailleurs qu’elles mobilisent. Il s’agira dans cet axe d’explorer le processus de mise au travail des différents types de travailleurs (bénévolat, service civique, salariés, intérimaires). À titre d’illustration nous pourrons ainsi nous demander comment les acteurs sont recrutés, subordonnés et rétribués ? Sur quels registres le sont-ils (apprentissage, citoyenneté, don, professionnalisation, etc.)? Par quels dispositifs le sont-ils? Lintérêt du cadre associatif est alors de donner à voir des formes de désarticulations entre sélection, subordination et rétribution des travailleurs.

Le cas de la gestion de la main-d’œuvre dans les associations peut en retour nous faire réfléchir aux dispositifs de mise au travail dans les entreprises lucratives et les administrations. Dans la mesure où le monde associatif est le monde « naturel » de l’adhésion entre le projet du travailleur et le projet de la structure qui l’accueille, avec des salariés « intrinsèquement motivés » (Narcy, 2013) on peut se demander, comme développé dans le nouvel esprit du capitalisme, dans quelle mesure et selon quels dispositifs ces institutions s’attachent à produire l’engagement de leurs salariés tout en développant « une culture entrepreneuriale » (Gérome, 2015 p.52). Nous pourrons ainsi nous demander comment administrations et entreprises capitalistes parviennent à produire du consentement et de l’adhésion.

Les propositions de communication doivent faire 5000 signes maximum, bibliographie incluse. Elles doivent être déposées avant le 22 février sur le site de l’AFS  sauf celle de la session commune sur un lien à part. Des retours vous seront transmis fin mars. Une communication plus complète à destination des discutant·e·s sera attendue au mois de juin. 

Bibliographie
 

Gérome, C. (2015). « Les entrepreneurs sociaux à l’assaut du monde associatif ». Mouvements, 81, (1), 51-59.

Narcy, M. (2013) « Le travail associatif : des salariés intrinsèquement motivés » in Hély M., Simonet M. (dir.). Le travail associatif, Presses universitaires de Paris Ouest, p. 19-32

Pour répondre à cet appel à communication, merci de vous connecter :













Paiement en cours

S'il vous plaît ne pas actualiser la page ou utiliser le bouton retour