RT15

Appel session croisée RT 15 - RT 5 : La construction des positions sociales au sein des jeunesses populaires

Prolongation jusqu'au 1er mars

Au sein des classes populaires, la problématique de la crise de reproduction des jeunes hommes dans un contexte de désindustrialisation a été largement traitée (Beaud, Pialoux, 1999) et existe publiquement (en témoigne le Prix Goncourt 2018 décerné pour le roman de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux). Le passage de la classe ouvrière aux classes populaires (Silbot et al., 2015, Béroud et al., 2016) implique que l'on pose à nouveaux frais la question des « modes de génération » (Beaud, Mauger, 2017) ordinaires des classes populaires contemporaines. Elle peut se poser désormais pour une génération d'enfants de parents appartenant à des fractions de classe davantage scolarisées et tertiarisées, pour lesquels la question d'un héritage ouvrier est secondaire, voire absente. Elle se pose également pour les familles populaires précaires et fortement encadrées qui, de génération en génération, restent aux marges de la société salariale (Laé, Murard, 2012).

Dans la période qui sépare la sortie de formation initiale et l'entrée sur le marché du travail, on s’intéressera aux processus de classification dont les jeunes des classes populaires font l'objet, en se demandant comment se dessinent des positions sociales au sein des familles ? Ensuite, comment les enjeux de sociabilité conjugale, juvénile et familiale se conjuguent-ils diversement pour construire ces positionnements, dans les banlieues populaires (Truong, 2015) ou en milieu rural au féminin (Orange, 2017) ou au masculin (Coquard, 2017) ? Comment les institutions d'encadrement de la jeunesse interviennent-elles dans ce travail d'ajustement et de production des destinées sociales, qu'elles agissent au nom de l'insertion des jeunes (Zunigo, 2013), de la protection de l'enfance ou de la répression de la délinquance juvénile ?

  Références

Beaud S., Pialoux M., 1999, Retour sur la condition ouvrière, Editions Fayard, Paris.

Beaud S., Mauger G. (dir.), 2017, Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée, Editions Rue d'Ulm, Paris.

Beroud S. et coll., En quête des classes populaires. Un essai politique, Editions La Dispute, Paris.

Coquard B., 2017, « « Pas de diplôme, pas de taf, pas de meuf ! ». Stigmate et réflexivité chez de jeunes hommes de classes populaires », dans BEAUD S., MAUGER G. (dir.), Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée, Editions Rue d'Ulm, Paris, p. 51-61.

Lae J.-F., Murard N., 2012, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Editions Bayard, Paris.

Orange S., 2017, « « Celles qui restent ». La fausse inertie des jeunes diplômées du coin », dans Beaud S., Mauger G. (dir.), Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée, Éditions Rue d'Ulm, Paris, p. 113-124.

Truong F., 2015, Jeunesses françaises. Bac + 5 Made In Banlieue, Editions La Découverte, Paris.

Siblot Y. et coll., 2015, Sociologie des classes populaires contemporaines, Editions Armand Colin, Paris.

Zunigo X., 2013, La prise en charge du chômage des jeunes, Editions du Croquant, Paris.

 
Pour répondre à cet appel à communication, merci de vous connecter :













Paiement en cours

S'il vous plaît ne pas actualiser la page ou utiliser le bouton retour