RT15

Appel session Catégorisations et classements en sociologie de la jeunesse : problématisations et méthodologies de recherche

Prolongation jusqu'au 1er mars

La thématique générale du congrès invite à s’interroger sur les conditions et les modalités de la production des connaissances sociologiques sur les jeunes et sur leurs usages sociaux. Elle questionne au passage les liens qui existent et qui se jouent entre les chercheur· e· s, notamment les sociologues de la jeunesse, les institutions et les acteurs de la jeunesse (professionnels, politiques, associations de jeunes, jeunes). Dans cette session, il s’agit de s'intéresser tout à la fois à la façon dont émergent les problématiques sur la jeunesse et dont s’élaborent et se mènent les travaux, mais aussi dont sont interrogés et produits les catégories et les classements qui en résultent. Quelles sont les catégories de jeunes qui suscitent une attention sociologique et pour quelles raisons ? Comment apparaissent-elles à l’agenda de la recherche ? Ces catégories peuvent être produites par les jeunes, par les professionnels, par les institutions ou encore par les médias et faire l’objet d’une analyse visant à en saisir les sources et les significations ou bien résulter d’un travail de qualification et de classification des opinions et des comportements juvéniles. Peut-on repérer des mécanismes d’allers et retours dans la production des catégories sociales et des catégories sociologiques, mais aussi au niveau de la désignation des faits qu’elles s’attachent à désigner ou à décrire ? Les travaux en sociologie de la jeunesse orientent-ils l’évolution des regards sur la jeunesse et des modalités de prise en charge publique ?

La session vise également à s’interroger sur les méthodologies mobilisées par les sociologues de la jeunesse et sur leurs effets en matière de construction des catégories d’analyse et de production des classements. Dans quelle mesure les choix méthodologiques opérés par les chercheurs déterminent les catégories d’analyse qu’ils mobilisent ? Certaines méthodologies sont-elles plus ou moins propices à la remise en question des catégories légitimes et des catégories de sens commun ? Dans quelle mesure le travail empirique renforce ainsi l’ordre social, en favorise la critique ou en renouvelle en profondeur la compréhension ?

Pour répondre à cet appel à communication, merci de vous connecter :













Paiement en cours

S'il vous plaît ne pas actualiser la page ou utiliser le bouton retour