RT45

Congrès 2019 AFS / AAC RT 45 Sociologie des conflits "Classement des conflits et conflits de classement"

Appel à communication pour le 8ème Congrès de l’AFS

mardi 27 août au vendredi 30 août 2019 / Aix-Marseille - Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines.

 

Classement des conflits et conflits de classement

Les discussions seront organiser autour de la thématique du congrès 2019 « Classer, déclasser, reclasser ». Cet appel à communications est ouvert et ne saurait se limiter aux axes présentés ci-après qui ont pour mission de permettre une première approche de la question et de guider les réflexions des contributeurs.

Les questions de classement, de catégorisation et de hiérarchisation sont prépondérantes dans les tentatives de définition de la notion de conflit en sociologie et plus largement en sciences humaines et sociales. L’étude des caractéristiques des conflits passe en effet par l’analyse des éléments qui distinguent les différents types de conflits entre eux mais aussi par rapport à d’autres notions connexes comme la crise, la violence, le tiers, la discorde, la médiation, la négociation, etc.

Aussi la thématique du congrès 2019 s’intègre parfaitement aux axes de travail poursuivis au sein du RT45 Sociologie des conflits, ces derniers pouvant aisément se décliner sous la question du classement, de la catégorisation et de la hiérarchisation.  A partir du prisme sociologique, deux dimensions peuvent être retenues à partir de la thématique du congrès : les questions relatives aux classements des conflits et les conflits liés aux classements. Dans cette perspective, nous veillerons à étudier les conflits à partir des différents sphères et activités sociales (justice, défense et sécurité intérieure ou extérieure, environnement, genre, travail social, travail, santé, organisation, etc.), ainsi que d’interroger fondements théoriques, méthodologiques et épistémologiques d’une sociologie des conflits.

1. Classement des conflits :

1.1. Impacts des méthodes sur les classements

Les recherches en sociologie du conflit se caractérisent-elles par des méthodes de classement et de catégorisation particulières ? Quels sont les présupposés et les enjeux qui président aux classements des situations sociales dans les catégories du conflit, de la crise, de la violence, de la guerre, etc., ainsi qu'aux rapports entre ces catégories ? Quel est l’impact des méthodes utilisées sur la caractérisation des conflits (qualitatives, quantitatives, production directes de données, données de seconde main, méthodes innovantes, approches cliniques, poids des exemples et illustration dans l’argumentation, utilisation de ces illustrations –objective/subjective/narrative-, etc.) ? Existe-t-il des méthodes innovantes, créatives qui aboutissent à d’autres types de classement, catégories, hiérarchisations (big data, vidéo, etc.) ? Existe-t-il des méthodes spécifiques suivant les types de conflits ou suivant les types d’acteurs, de contextes, etc. ?

 1.2. Impacts des classements sur les modes d’appréhension et les analyses des conflits

Les façons dont les sociologues classent, catégorisent et hiérarchisent les conflits impactent-elles leurs modes d’appréhension des situations conflictuelles ? Les méthodes de classement et de catégorisation constituent-il des outils de résolution, de régulation ou d’intervention utilisés par les sociologues ?En quoi cela influence-t-il les rôles attendus et/ou prescrits vis-à-vis des sociologues qui viennent étudier ou agir auprès d’individus et de groupes pris dans des situations conflictuelles ? Si oui, quels en sont les dynamiques et les enjeux ? Remettent-ils en cause les cadres de pensée, les routines d’une sociologie académique et d’une sociologie professionnelle ?

 Par exemple, les recherches portant sur les mobilisations collectives et les conflits liés à l'environnement (session conjointe avec le RT38) traitent des situations conflictuelles en cherchant à comprendre les motivations des acteurs et les formes des mobilisations. A cet effet, le sociologue entretient un rapport particulier au contenu de la mobilisation et à sa forme conflictuelle. Comment ce rapport impacte-t-il la façon dont il va classer, catégoriser et hiérarchiser le conflit qu’il étudie et caractériser ses acteurs (manifestants, casseurs, révolutionnaires, etc.) ? S’attribue-t-il ainsi la possibilité de choisir telle ou telle mobilisation, de « trier », classer, catégoriser, oublier ; de construire une réalité par un pouvoir d’interprétation, de légitimation, délégitimation ?

3.Conflits de classement

Quelles sont les controverses qui résultent de la façon dont les sociologues et plus largement les sciences humaines et sociales classent, catégorisent et hiérarchisent les conflits ? Quels sont les enjeux liés aux différentes caractérisations des formes (latent, manifeste, violent, agonal ou polémique, guerrier, etc.), fonctions (cohésives, destructrice, créatrice, régulation, etc.), significations (négatives, positives, questions éthiques et déontologiques, pouvoir, domination), et sphères du conflit (individuelle, collective, niveau micro- et méso-sociologique) ? Cette question des conflits de classement interroge par exemple l’intervention des sociologues dans des débats publics récents en essayant d’expliquer l’intérêt de porter attention aux termes employés pour désigner, classer, catégoriser et hiérarchiser des formes de conflictualités récentes (mouvements sociaux comme les "ZAD",  les « gilets jaunes » ; crise politique ; attentats terroristes ; violences policières ; etc.). Elle questionne aussi les débats et éventuelles querelles qui peuvent exister entre les sociologues.

4. Dans la continuité des activités du RT45 

le présent appel à communication rappel aussi l’intérêt de poursuivre, lors du congrès 2019, les travaux concernant :

1) Les traditions théoriques et réflexions épistémologiques d’une sociologie du conflit /

2) La sociologie du conflit et ses méthodes

3) Formes, fonctions et significations du conflit

4) Le conflit dans les différents champs de la société

 

Comment proposer une communication ?

Les propositions de communication (3000 signes espaces compris maximum, hors bibliographie) doivent être transmises au format PDF sur le site de l’AFS (https://afs-socio.fr, selon les modalités indiquées sur la page du congrès) d’ici le 15 février au plus tard. Elles devront impérativement répondre aux normes suivantes pour faciliter les opérations d’anonymisation et d’évaluation :

  • Page 1 : Nom, prénom ; Institution de rattachement ; Adresse mail de contact
  • Page 2 : Axe pressenti; Titre de la communication; Résumé de la communication (cadre théorique, matériaux empiriques et bibliographie à préciser)

Les résultats seront transmis aux auteur-e-s d’ici fin mars.

Pour répondre à cet appel à communication, merci de vous connecter :













Paiement en cours

S'il vous plaît ne pas actualiser la page ou utiliser le bouton retour